L’ENJMIN, tout ce que vous devez savoir sur l’école et son concours

Publié le 28/02/16 dans Jeux vidéo.

L’ENJMIN, tout ce que vous devez savoir sur l’école et son concours

Mise à jour du 21/08/16 :
Je viens d’ajouter ici l’annale de l’épreuve d’Anglais 2009.

 

L’ENJMIN qu’est-ce que c’est?

Conjointement créée en 2005 par le CNAM et l’Université de la Rochelle, l’École Nationale du Jeu et des Médias Interactifs Numériques est la seule école publique française proposant différentes formations autour du jeu vidéo et des médias interactifs.
 
Située à Angoulême, l’ENJMIN est membre du Pôle Image Magelis, qui compte dans ses rangs certaines des meilleures écoles de conception graphique, d’animation et de cinéma de France.
 
Parmi les cursus proposés, l’ENJMIN offre une formation en 2 ans, délivrant un Master 2 dans 6 spécialités de l’industrie du jeu vidéo, ainsi que depuis 2011 un formation en partenariat avec l’école de l’image Gobelins permettant d’obtenir un Mastère spécialisé en conception interactive. Enfin, depuis 2014, l’ENJMIN offre une formation en apprentissage au titre d’Ingénieur en Sciences et Technologies des Médias Numériques.

Le Master JMIN en quelques mots

Ayant suivi le cursus du Master Jeu et Médias Interactifs Numériques, promotion 2011-13, j’ai décidé de vous faire un retour d’expérience et de vous donner tous les conseils et toutes les clés dont je dispose pour vous préparer au concours.
 
Chaque année, l’école recrute et forme 65 étudiants, répartis dans 6 spécialités :

  • Conception jeu (Game Design) ∙ 18 étudiants
  • Programmation (Development) ∙ 18 étudiants
  • Conception graphique (2D/3D Graphics) ∙ 12 étudiants
  • Conception sonore (Sound Design) ∙ 6 étudiants
  • Gestion de projet (Production) ∙ 6 étudiants
  • Ergonomie (Usability / User Experience) ∙ 5 étudiants

 
Le nombre de places disponibles peut varier chaque année, notamment depuis que l’ENJMIN a emménagé dans l’ancienne papeterie du Nil en 2014, qui permet d’accueillir plus d’étudiants.
 
La formation s’étend sur deux ans et permet d’obtenir un diplôme de niveau Master II en Jeux et Médias Interactifs Numériques. Petite aparté, certaines spécialités reçoivent leur diplôme du CNAM, tandis-que les autres reçoivent leur diplôme de l’Université de la Rochelle.
 
La première année est une année particulièrement soutenue puisqu’elle offre des cours communs à toutes les spécialités. C’est une véritable opportunité d’acquérir de nouvelles compétences et de découvrir de nouveaux outils, mais c’est surtout pour vous permettre de mieux comprendre les autres spécialités avec lesquelles vous serez amené(e) à évoluer et donc de faciliter les échanges.
 
En fin de première année vous serez amené(e) à réaliser des projets en équipe sur une durée de 3 mois et il n’est pas rare de voir des étudiants tester des spécialités qui ne sont pas les leurs.
 
Les projets M1 de l’ENJMIN sont souvent reconnus pour leur qualité, mais là où l’école se différencie des autres formations du secteur, c’est en donnant réellement les moyens aux étudiants de réaliser les projets de leur choix, avec les technologies de leur choix, et en les soutenant pendant toute la production.
 
A titre d’exemple, un projet M1 a été réalisé pour le casque Oculus Rift. Me concernant, j’ai eu la chance de pouvoir réaliser le projet ARCHE, un railshooter spatial en environnement virtuel projeté à 360°.
 
La seconde année propose des cours essentiellement autour de votre spécialité. Elle est rythmée par le projet de fin d’étude en équipe, sur une durée de 6 mois pendant lesquels vous devrez passer par toutes les étapes de la pré-production d’un jeu avant de présenter votre projet devant un jury composé de professionnels du secteur et du parrain de votre promotion.
 

Comment rejoindre l’ENJMIN?

Le prérequis pour intégrer l’école est de justifier d’un diplôme de niveau licence ou d’un équivalent correspondant à trois années d’expériences professionnelles ou personnelles dans un secteur d’activité lié au jeu vidéo ou aux médias interactifs.
 
Le recrutement se fait sur concours, en trois étapes :

  • Le dossier de candidature
  • L’épreuve écrite
  • L’épreuve orale

Les années passées, les sessions de recrutement commençaient généralement la même date que la journée portes ouvertes de l’école, début mars, mais depuis peu il semblerait que les sujets du concours soient proposés vers le début février.
 

L’épreuve écrite

Le sujet peut être assez #épique puisqu’il s’agit généralement d’une œuvre artistique (littéraire, visuelle, audiovisuelle ou sonore) dont vous n’aurez sûrement jamais entendu parler (bien que ces dernières années les sujets soient plus classiques). Mais justement, de tels sujets ne doivent pas vous enfermer et il vous est possible de les aborder comme vous le souhaitez, tant que vous gardez à l’esprit le thème de l’œuvre.

Pour vous donner une idée de ce à quoi ressemble les sujets de l’épreuve écrite, voici une liste des sujets tombés ces dernières années :

  • 2004 ∙ « Je ne pourrais croire qu’à un Dieu qui saurait danser » citation de Friedrich Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra
  • 2005 ∙ Texte sur un des aspects de La théorie de la relativité restreinte d’Albert Einstein
  • 2006 ∙ Illustration issue de Sucré Salé, livre sur la gastronomie par Pierre Gagnaire
  • 2007 ∙ Dans le Scriptorium, roman de Paul Auster
  • 2008 ∙ Sympathy for the devil (One + One), documentaire de Jean Luc Godard
  • 2009 ∙ Voz Alta, mémorial par Rafael Lozano-Hemmer
  • 2010 ∙ Le Modulor, notion architecturale par Le Corbusier
  • 2011 ∙ Ionisation d’Edgard Varèse
  • 2012 ∙ Le Prince, traité politique par Machiavel
  • 2013 ∙ Le Bateau ivre, poème par Arthur Rimbaud
  • 2014 ∙ Wadjda long métrage de Haifaa Al Mansour
  • 2015 ∙ Le Boson de Higgs, particule élémentaire dont l’existence a été confirmée en 2012
  • 2016 ∙ L’Enfance d’un chef, nouvelle de Jean-Paul Sartre
  • 2017 ∙ Discours de la servitude volontaire, essai d’Étienne de La Boétie

 

Le dossier de candidature

À partir du sujet proposé, il est demandé aux étudiants de réaliser un dossier de candidature présentant un concept de jeu ou d’œuvre interactive, en deux parties :

  • Une partie commune énonçant les grandes lignes de votre projet, en 3 à 5 pages.
  • Une partie technique détaillant votre projet en fonction des spécificités de la spécialité pour laquelle vous postulez.

 
L’ENJMIN est la seule école qui vous permet de postuler dans plusieurs spécialités (aussi appelées colorations). Cela vous permet de maximiser vos chances d’être reçu dans l’école, sans toutefois vous garantir d’être accepté dans toutes les spécialités que vous aurez présentées. Puisque l’entrée à l’ENJMIN se fait sur concours, vous pouvez privilégier une spécialité en particulier pour laquelle les candidatures sont moins importantes.
 
Rien ne vous empêche par ailleurs de présenter le même concept de base, décliné dans chaque spécialité qui vous intéresse.
 
Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur le dossier de candidature, n’hésitez pas à consulter le site de l’ENJMIN qui présente de manière précise le travail attendu pour chaque spécialité. Le site n’est pas très intuitif, alors n’hésitez pas à bien chercher.
 
A titre d’exemple, il est demandé en game design un dossier d’environ 20 pages, comportant une présentation de la structure des niveaux du jeu, les mécaniques principales (briques de gameplay), les caractéristiques et l’histoire des personnages, un wireframe de l’interface, et les points essentiels à respecter dans les chartes graphiques et sonores.
 
Pour vous donner un aperçu du travail demandé, vous pouvez consulter le dossier de candidature que j’ai présenté pour la spécialité game design.
 

 
Avec le recul de ces deux années passées à l’école, je pense que ce dossier est loin d’être parfait mais il reprend la plupart des notions clés sur lesquelles il ne faut pas faire d’impasse.
 
Je ne peux pas vous donner de conseil sur le contenu qui vous sera personnel, mais vous devez faire l’effort d’offrir une présentation soignée et originale. Dans la mesure du possible, proposez une charte graphique qui reprend le thème de votre concept. Si vous ne le faites pas, d’autres le feront.
 
Notez aussi qu’il est fait mention dans le cahier des charges que votre dossier doit porter sur la réalisation d’un jeu ou d’une œuvre interactive, ce qui veut dire que vous pouvez envisager de proposer toute forme d’expérience, notamment à travers une installation interactive, ou pour un public particulier. L’ENJMIN ne forme pas uniquement qu’aux métiers du jeu vidéo, mais également aux média interactifs numériques. Sous cette appellation volontaire floue, l’ENJMIN forme ses étudiants sur des concepts tels que la réalité augmentée et la réalité virtuelle, la géolocalisation, le transmédia ou même l’électronique qui permet une infinité d’interactions grâce aux nombreux capteurs qui existent aujourd’hui.
 
Avant de rendre votre dossier, prenez le temps de vous relire et surtout de vous faire relire. Cela vous permettra d’éviter les dernières fautes qui vous auraient échappées, mais cela vous permettra également d’avoir un regard externe, critique, et donc de vous ouvrir de nouvelles perspectives et d’améliorer votre concept. D’ailleurs, c’est peut être la première leçon que vous apprendrez quand vous devrez créer une expérience interactive : seul un test utilisateur permet de confirmer si c’est une bonne expérience ou non.
 
Dernier point concernant le dossier de candidature : l’école reçoit entre 300 et 400 dossiers de candidature par an (ce qui peut sembler peu), dont près de la moitié uniquement pour la spécialité game design. Par ailleurs, c’est sur ces dossiers que la plupart des candidatures sont refusées. En revanche, rien ne vous empêche de tenter le concours d’une année à l’autre. Il est possible qu’une session de recrutement complémentaire soit proposée après le premier concours quand toutes les places n’ont pas été pourvues dans une ou plusieurs spécialités.
 

Les épreuves écrites

Si votre dossier est admis, vous serez convoqué(e) aux épreuves écrites qui se déroulent généralement au mois de mai, dans les locaux du CNAM de Paris.
 
Ces épreuves sont au nombre de 3 :

  • Épreuve de culture générale et scientifique, sous forme de QCM
  • Épreuve d’anglais, de niveau TOEIC
  • Épreuve d’analyse d’œuvre audiovisuelle linéaire ou interactive

 
J’ai essayé de récupérer les annales des années précédentes pour vous donner une idée du niveau demandé. Attention toutefois, les épreuves ont connues des changements ces dernières années et il se peut qu’elles évoluent à nouveau.
 
Annales de culture générale :

 
Annales d’analyse audiovisuelle :

 
Annales d’anglais :

 
Pour préparer l’épreuve de culture générale, il est vivement conseillé de faire l’acquisition de Jeux vidéo et médias du XXIe siècle : Quels modèles pour les nouveaux loisirs numériques ?, livre dont l’auteur n’est autre que le directeur de l’école et dans lequel se trouvent nombre de réponses aux questions posées les années passées.

Aussi, quelque soit votre spécialité, mais surtout si vous postulez en game design, il faut impérativement que vous fassiez l’acquisition de L’Art du game design: 100 objectifs pour mieux concevoir vos jeux de Jesse Schell. Ce livre, qui prendra sûrement sa place sur votre table de chevet, m’a été très utile dans la rédaction de mon dossier de candidature et il vous servira tout au long de vos études, voire même de votre carrière professionnelle.

Pour les anglophones uniquement, une nouvelle édition existe : The Art of Game Design: A Book of Lenses, Second Edition.

Enfin, je vous recommanderai de faire l’acquisition de A Theory of Fun par Raph Kostet qui est également un livre de référence.

L’entretien de motivation

Appelée à tort « oral », la dernière épreuve est un entretien de motivation qui se déroule habituellement fin juin, dans lequel vous devrez présenter votre parcours et expliquer pourquoi vous souhaitez intégrer l’école. Pour certaines spécialités, des questions techniques vous seront posées et vous pourrez être amené(e) à montrer vos compétences et vos capacités face à des cas pratiques.
 

Derniers conseils

Au fil des ans, l’ENJMIN s’est faite une véritable réputation grâce aux nombreux et magnifiques projets qui ont été portés par ses étudiants. En rejoignant l’ENJMIN vous aurez l’opportunité de créer vos propres projets et surtout d’intégrer différentes équipes composées de personnes aux profils variés, aux compétences pluridisciplinaires mais irrémédiablement complémentaires. C’est là la principale richesse de cette école.
 
Voilà, j’espère avoir réussi à couvrir autant que possible ce qu’est l’ENJMIN et ce qui fait que c’est une école incroyable. Mais j’espère surtout vous avoir convaincu de la rejoindre si vous étiez encore indécis, ou vous avoir conforté dans votre choix si vous vouliez déjà la rejoindre.
 
Toutefois, si vous avez encore des questions sur l’admission ou sur l’école, n’hésitez pas à me contacter ou à poser vos questions directement en commentaire de cet article. Mais vous pouvez aussi vous rendre sur le forum officiel de l’école où de nombreux étudiants de l’ENJMIN (anciens, actuels et peut être futurs) sont disponibles pour répondre à vos questions.
 
Et si vous décidez de soumettre votre candidature, bon courage!

Cet article a 16 commentaires

Commentaires

  • Dr. Jellicoe

    Présenté comme ça ça a l’air pas mal… Mais après les années d’études, que reste-t-il comme débouchés stables ?

    • Séane

      Tout dépend de ce que l’on fait de ses études.

      Pour obtenir un poste à l’issu de l’école, comme dans toutes les écoles de création ou de design, il faut étoffer son portfolio avec de nombreux projets.

      L’ENJMIN est une très bonne école pour cette raison : elle permet de participer à de nombreux concours, de nombreux événements liés au jeu vidéo (les game jams, par exemple), mais surtout elle permet de travailler avec des profils pluridisciplinaire qui sont juste à deux pas de chez vous. Tout ce qu’il vous manque c’est d’avoir l’idée et de réussir à convaincre qu’elle est bonne.

      En revanche, il est sûr que certaines filières sont particulièrement difficiles d’accès à cause du manque de postes à pourvoir. Mais si vous êtes développeur ou graphiste, vous ne devriez pas avoir de mal.

  • charli

    Bonjour,
    Quand tu dis « c’est sur l’écrit que la plupart des dossiers sont refusés » tu fais référence au dossier écrit ou à l’épreuve écrite (culture g, anglais, analyse)?

    • Séane

      En effet, ce n’est pas très clair énoncé de cette façon.

      Je fais bien référence au dossier de candidature, avec la partie générale et la partie technique.

      Actuellement, pour 300 à 400 dossiers reçus, il doit y avoir une centaine de candidats qui passent les épreuves écrites.

      Je vais modifier cette phrase en conséquence. Merci d’avoir attiré mon attention sur ce point, charli!

  • Bryant

    Je suis curieux de savoir comment est la spécialité conception visuelle a l’enjmin. Il y’a de bon retour dessus?
    Aussi a « l’oral » il est possible de montrer des travaux personnel ? Je réalise déjà des modèles 3D adapter pour les jeux

    • Séane

      Bonjour Bryant,

      Je ne saurais pas te dire s’il y a de bons retours sur cette spécialité, mais plusieurs étudiants de ma promotion ont trouvés des postes dans de très beaux studios (Amplitude, Asobo, …). Et à mon sens c’est cette reconnaissance de la part des entreprises du secteur qui est le meilleur « retour ».

      L’ENJMIN permet de rencontrer des profils variés, parfois orientés 2D, le plus souvent orientés 3D.

      Ce qui fait la richesse de l’école reste la possibilité d’évoluer sur de très nombreux projets, sans limite de support, et donc d’étudier de nouvelles voies, de nouvelles formes d’expression, que d’autres écoles ne te permettront pas. Il y à en l’ENJMIN une volonté artistique bien souvent supérieure à la volonté ludique.

      Pour ce qui est de l’épreuve orale, il te sera bien évidement possible de montrer ton portfolio. C’est même un point essentiel qui te permettra de prouver ta détermination à rejoindre l’école et ton engouement pour le jeu (vidéo). Mais tes qualités d’artist seront déjà évaluées dans le dossier de spécialité, qui correspond à la première épreuve de sélection.

      Bon courage pour le concours!

  • Renaud

    Bonjour,

    J’aimerai savoir si les examens pour le Mastère ide (aux gobelins) les sujets d’examens sont identiques que pour le M1 et M2 d’Angoulême.

    Je me demandais aussi si à chaque session le sujet changeais pour le dossier de conception de projet à remettre.

    Bien à vous.

    • Séane

      Bonjour Renaud,

      A ma connaissance, il n’y a pas de sujet pour le Mastère IDE. Il me semble que l’inscription ne se fait uniquement sur dossier, avec des examens écrits et oraux.

      Je t’invite à prendre connaissance des modalités d’admission à cette adresse (Gobelins.fr > Formation), en bas de page, dans la rubrique « TÉLÉCHARGEMENTS ».

      En ce qui concerne l’ENJMIN, je te confirme que les sujets changent pour chaque session de recrutement (il peut y en avoir plusieurs par an, en fonction des résultats des différents concours).

      Une liste des sujets des précédentes années est disponible dans cet article.

      N’hésite pas si tu as d’autres questions.

  • Nicobell

    Bonjour,
    Quel type de formation ont suivi les étudiants acceptés, si bien sûr, une filière type se « détache »?
    Un DUT MMI + 1 licence Pro serait -il suffisant pour bien se préparer au concours?
    Une licence généraliste sur 3 ans est elle préférable ? Si oui laquelle?
    Merci par avance

    • Séane

      Bonjour Nicobell,

      Ta première question est particulièrement intéressante et la réponse me semble évidente: cela dépend bien entendu de la spécialité choisie, mais à l’ENJMIN, il ne peut y avoir de filière type qui se détache. La première force de l’école – et son identité, sa culture – est justement la pluridisciplinarité de ses élèves.

      Cela se reflète de manière plus flagrante dans les colorations pour lesquelles on ne demande pas nécessairement une formation préalable (Conception de jeu, Gestion de projet et Ergonomie), mais on peut tout à fait s’attendre à voir des profils intégrer les autres colorations (Programmation, Conception graphique, Conception sonore) sans pour autant avoir suivi des études dans ces domaines.

      A l’ENJMIN, c’est ton profil, et donc ton expérience, qui permettra aux professeurs de voir si tu pourras facilement t’intégrer à ta promotion, et venir compléter les autres profils déjà sélectionnés.

      En un sens, le processus de recrutement est un moyen de former les promotions les plus riches possibles, dans leur diversité. C’est ce qui fait qu’aucune promotion ne se ressemble vraiment à l’ENJMIN, sauf dans leur volonté de toujours surpasser la précédente.

      Pour te donner un exemple concret, dans la spécialité « Conception de jeu », nous pouvons aussi bien trouver des anciens étudiants du cinéma et de l’image, que des profils issus de filières littéraires ou mathématiques, ou des étudiants en communication, en langue, ou en biologie. Mais le dénominateur commun des ces profils est toujours l’envie de créer des jeux et un réel intérêt pour le secteur.

      Pour ce qui est du DUT MMI et de la Licence Pro, je pense que c’est un très bon pré-requis pour rejoindre l’école, puisque cette formation t’apporte une expérience très proche de celle que l’on peut retrouver dans le processus création d’une expérience vidéoludique. En revanche, bien que ce soit un profil adapté pour suivre la formation de l’ENJMIN, je pense qu’il faudrait le nécessairement le compléter par une autre formation (ou une expérience personnelle forte) pour te différencier des autres profils similaires qui postulent chaque année.

      Concernant une licence généraliste, je suis convaincu qu’une formation qui t’initie à de très nombreux sujets sera appréciée à l’ENJMIN, mais il faut définir son projet professionnel le plus tôt possible car les entreprises recrutent des profils spécialisés qui ont une réelle valeur ajoutée sur le marché du travail. Et l’ENJMIN reste une école, dont l’intérêt est de voir ses étudiants avoir un emploi à la fin de son cursus.

      Définis bien ton projet personnel et professionnel, et vois ce que l’ENJMIN peut t’apporter, autant que ce que tu peux apporter à l’ENJMIN.

      C’est d’ailleurs un point qui pourrait être discuté lors de l’épreuve orale du concours…

  • Stephane

    Bonjour Séane !

    Je voudrais savoir si une correction de ces annales était disponible pour permettre de voir précisément les bonnes et mauvaises réponses que j’ai données et ainsi me permettre de réfléchir sur mes erreurs. 🙂

    Merci d’avance !

    • Séane

      Bonjour Stephane,

      De nombreux étudiants ont décidé de créer des QCMs en ligne, où il est possible d’avoir les réponses aux questions.
      La plupart des liens sont disponibles sur le Forum de l’ENJMIN ou facilement trouvable sur n’importe quel moteur de recherche (annales + enjmin + qcm).

      Attention cependant, les réponses ne sont pas garanties et il est recommandé d’approfondir ses connaissances générales en étudiant les sujets à fond.

      A noter aussi que la plupart des thèmes peuvent retomber mais que l’intitulé des questions chanque légèrement d’année en année, ce qui peut être un piège.

  • Quentin

    Bonjour,

    tout d’abord merci pour cette super présentation mais j’ai tout de même une question.
    J’ai actuellement un BTS SIO et j’aimerais bien me diriger vers des études de Game Designer mais j’ai peur que les études d’informatiques ne plaisent pas assez pour rentrer.

    On va dire que continuer, c’est ce qui me permettrai de faire le moins d’années d’étude pour aller travailler au plus vite.

    Merci !

    • Séane

      Bonjour Quentin,

      Je ne vois pas pourquoi des études en informatique seraient un frein pour devenir Game Designer. Bien au contraire.

      Il faut certes un certain sens artistique et une culture certaine pour réaliser de belles expériences, mais il faut également une connaissance technique pour aborder toute la partie moteur et le scripting.

      A mon sens – mais cela dépend grandement des jeux sur lesquels tu veux travailler – il est nécessaire d’avoir des bases de programmation pour être un bon game designer, parce que cela te permettra à la fois d’échanger avec les développeurs de ton équipe, mais aussi de les assister sur certaines tâches, voire même de participer activement à l’intégration des mécaniques de jeu que tu pourras tester par toi même.

      En revanche, il faut arriver à l’ENJMIN avec plus qu’un cursus en informatique. Il faudra te différencier des autres candidats par ton profil, tes centres d’intérêts, tes passions.

  • Stéphanie

    Bonjour,

    Tout d’abord, je voudrais te remercier pour ton travail et ton acharnement à trouver les annales, je pense que tu rends services à plus d’une personne par ton geste. Je me permets de te contacter parce que je me pose des questions au sujet de l’analyse audiovisuelle. N’en ayant jamais fait et constatant la technicité des questions, je me demandais si toute les réponses se trouvaient dans la bibliographie prévue pour le concours (j’ai bien remarqué que ça traitait la plupart du temps du son, de l’image et du mode de narration) ou si tu pouvais m’aiguiller sur des documents qui m’aideraient à obtenir les clés de lecture pour répondre de façon pertinente aux questions posées.

    Merci d’avance de ton retour,
    Bien à toi,
    Stéphanie

    • Séane

      Bonjour Stéphanie,

      Merci pour ton message et désolé de ce retour tardif.

      Je ne pense pas que la bibliographie proposée dans ce dossier te permette d’appréhender l’analyse d’œuvre audiovisuelle en toute sérénité, mais elle contribuera à te forger une solide idée de ce qu’est la création d’une oeuvre artistique/créative.

      A mon sens, cette épreuve demande surtout une relative culture générale dans les principaux domaines créatifs et culturels : littérature, cinéma/théâtre, peinture/dessin, musique et bien sûr jeu vidéo.

      La plupart des questions sont très orientées sur la façon dont l’oeuvre est réalisée ; sur les choix artistiques ou scénaristiques.

      Si tu n’es pas familière avec ces domaines, je te conseille dans un premier temps de t’intéresser à la photographie. C’est à mon sens l’art qui t’apportera le plus de matière de réponse parce qu’il rassemble des notions utiles aux autres domaines (même à la musique, dans un sens).

      La photographie te permettra notamment de découvrir la notion de sujet, la lumière (et son absence), la couleur, la composition, la construction scénaristique (la mise en scène, le message que tu veux faire passer), les notions de plan (champ, contre champ, plan serré, gros plan, etc.).

      Il y a beaucoup d’ouvrages (ou de sites) sur le sujet. Un rapide recherche permettra de t’apporter déjà des pistes de réflexion.

      Mais pour réussir cette épreuve, il n’y a pas de secret : entraîne toi.

      A chaque fois que tu vois une publicité, que tu entends une annonce à la radio, que tu regardes une série ou un film, essaie de décomposer ce que tu vois (une scène, par exemple). Pose toi les questions suivantes:

      – Quel est le message (quel a été le brief donné par le client/scénariste)?
      – Pourquoi ce support?
      – Pourquoi le réalisateur (graphiste, metteur en scène) transmet le message de cette façon?
      – Comment peux-tu découper le message (l’affiche, la publicité, la scène)? En plan? En zones (le packshot, l’accroche, les mentions légales, etc.)?

      Il y a bien sûr plein d’autres questions que tu pourrais te poser. Mais la plus importante reste celle-ci:

      – Comment toi tu aurais fait?

      Je ne peux malheureusement pas te dresser une liste de tous les ouvrages qui te permettront d’assurer cette épreuve les yeux et les oreilles fermés, mais j’espère que tu auras assez de curiosité pour chercher par toi même. L’analyse d’œuvre audiovisuelle est avant tout un approche très personnelle.

Écrire un commentaire

Les champs indiqués par une étoile (*) sont obligatoires. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

*